Chroniques / Coup de cœur

Urbaine 99

Urbaine 99 est le premier tome d’une dystopie écrite par Juliette Baron. Il est publié par Livresques Editions.


Résumé :

2066.


La Troisième Guerre mondiale a fait s’effondrer les grandes puissances européennes. Sur les ruines de ces pays, une nouvelle contrée a été bâtie : Europae. Des villes tentaculaires rassemblent la quasi-totalité des populations tandis que les campagnes, de plus en plus restreintes, sont devenues des déserts. Les rares habitants de ces étendues vierges ont repris un rythme de vie que l’on pourrait qualifier de « à l’ancienne » et, de manière de plus en plus marquée, deux mondes, deux façons de vivre et de penser, s’opposent, comme deux civilisations étrangères.


Alix est originaire de la campagne, elle est venue s’installer à contrecœur en ville suite à la mort de son père. Joachim est un citadin-né, fils du richissime Hugues Macclar, entrepreneur influent d’Urbaine 99. Tout les oppose et, en toute logique, ils n’auraient jamais dû se rencontrer. Jusqu’au jour où Joachim, au sortir d’une soirée, renverse Alix avec sa moto. Tous deux gravement blessés, ils se retrouvent liés l’un à l’autre – pour le meilleur et pour le pire.


Comme toujours avec les romans de Juliette Baron j’ai adoré ! Son style d’écriture est génial et j’aime beaucoup la lire. Ses histoires sont toutes au top et sont, en plus, très originales.

Ici on suit donc les aventures d’Alix qui est fraîchement arrivée de sa campagne natale. Elle est un peu dépassée par ce qui l’entoure mais elle ne se laisse pas non plus avaler par ses doutes et ses difficultés. Elle est forte, indépendante même si elle cache une certaine fragilité qui la rend si attachante.

En parallèle on accompagne le quotidien luxueux du jeune Joachim, fils du richissime entrepreneur Hugues Macclar. Lui, qui a toujours tout eu en un claquement de doigt aura bien plus de mal à s’accoutumer à sa nouvelle vie. On pense le détester au départ puis on apprend à connaître celui qui se cache derrière son argent et son assurance.

C’est ce que j’aime chez Juliette Baron, personne n’est ce qu’il semble être au premier abord. Tous ses personnages cachent une personnalité unique et entière qui se révèle au fur et à mesure de notre lecture. Et c’est un réel plaisir de les découvrir.

L’histoire ici n’est pas pleine de monstres, de complots et de revirements de situation. Je la décrirai plutôt comme un parcours initiatique de deux jeunes gens que tout oppose mais que le destin a décidé de rapprocher. Où va-t-elle nous emmener ensuite ? Là est la grande question. La fin nous laisse sur notre faim ! Et l’on en redemande.

La douceur de ce texte, même dans les événements tragiques qui y sont décrit, fait que j’ai simplement envie de me pelotonner dans mon plaid au mois d’octobre pour lire la suite.

Livrement vôtre !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 5 =