Chroniques

The Book of Ivy

The Book of Ivy est le premier tome d’une duologie écrite par Amy Engel. Cela faisait longtemps que ce roman traînait dans ma wishlivres. Je ne sais pas pourquoi je ne me suis pas lancée dans cette lecture plus tôt. Cet univers dystopique est pourtant engageant et cette couverture est vraiment très belle. Je crois que j’appréhendais une nouvelle lecture à la première personne.


Résumé : 

Je m’appelle Ivy Westfall et je n’ai qu’une seule mission : tuer le garçon qui m’est destiné, Bishop, le fils du président. Je me prépare pour ce moment depuis toujours. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes, car les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…


C’est un résumé court mais intrigant, l’enjeu est annoncé mais rien n’est dévoilé et c’est ce qui m’a attirée. Une quatrième de couverture qui n’en dit pas trop me plait beaucoup plus, je n’ai pas envie de deviner l’intrigue avant même d’avoir commencé ma lecture. 

Comme je vous le disais plus haut, je m’inquiétais un peu de ne pas apprécier ma lecture vu que l’histoire est relatée à la première personne du singulier et comme vous le savez je n’aime pas trop ce point de vue, que je trouve trop restrictif. Mais pour une fois cela ne m’a pas dérangée. Peut-être parce que j’ai vraiment aimé le personnage d’Ivy. Je l’ai trouvée entière, forte mais aussi pleine de sensibilité. Et l’intrigue n’aurait pas été si prenante si l’on avait pas pu suivre tout du long les interrogations et les doutes de la jeune fille quant au plan prévu par son père. 

“Depuis le début, il me prend au dépourvu, renverse toutes mes idées préconçues à son sujet, même les plus simples. C’est encore une pièce dans le puzzle de Bishop, une pièce aux contours déchiquetés et qui ne s’imbrique pas facilement dans le reste de l’image.”

The book of Ivy, A.Endel

Bishop aussi est très intéressant, on comprend qu’il n’est pas celui qu’il paraît. Il n’est pas simplement le “fils de son père”. Il ne se contente pas de ce qu’on lui dit ou de ce qu’il a toujours vu, il va chercher plus loin sa propre vérité. Son attitude envers Ivy est adorable, il la comprend et semble capable de l’apprivoiser sans mal. Ce couple est devenu l’un de mes préférés, ils ont une sorte d’alchimie naturelle qui fait que le lecteur n’espère qu’une chose : leur amour.

 “Je pense que tu peux aimer ta famille sans pour autant croire aveuglément tout ce qu’elle te dit. Sans prendre fait et cause pour elle. […] Je pense que parfois, la situation n’est pas aussi simple que nos pères voudraient nous le faire croire.”

The Book of Ivy, A.Endel

L’écriture est belle, simple et fluide. Ce roman est ce que j’appelle un “pageturner”. On veut connaître la suite. Quel choix va faire Ivy ? Va-t-elle se faire prendre ? Le roman n’est pas très long, 301 pages, mais tout y est. On ne s’ennuie pas, l’histoire n’est pas trop rapide, le suspens est présent. On en demanderait même plus, juste pour avoir encore plus d’Ivy et de Bishop. L’univers est très intéressant et j’espère que le tome 2 nous en apprendra plus. 

Car oui, si vous ne le saviez pas cette saga dystopique est une duologie. Je vais de ce pas d’ailleurs me plonger dans la suite puisque cette fin… Cette fin, mes amis, m’a laissée sous le choc ! 

Ce roman vous plaira si vous aimez les dystopies, les complots et trahisons et les jolies histoires d’amour. Mais aussi si vous n’avez pas envie de suivre une longue saga. Le livre se lit rapidement et vous passez un bon moment. 

Livrement vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 2 =