Chroniques

Magic Charly

Magic Charly de Audrey Alwett est un roman jeunesse que j’ai beaucoup vu passer sur Bookstagram il y a un mois ou deux. Intriguée par cette jolie couverture et par tous les avis que je lisais j’ai décidé de tenter l’aventure. Mais il est resté dans ma PAL très longtemps car je ne ressentais pas l’envie de le lire. Je me suis finalement un peu forcée en ce mois de janvier. 


Résumé : 

On peut avoir un chat doué de capacités hors du commun et tout ignorer de l’existence des magiciers. C’est le cas de Charly Vernier, jusqu’à ce qu’il découvre que sa grand-mère pourrait être un membre éminent de cette société. Mais elle court un grave danger. S’il veut la sauver — et se sauver lui-même —, Charly n’a pas le choix, il lui faut devenir apprenti magicier.


Je pense que je n’aurais pas dû me forcer pour lire ce roman. C’est une des premières fois que ça m’arrive et je pense que cela a rendu ma lecture plus compliquée. Je n’ai pas aimé ce roman ou plutôt cette histoire. Le style est bon, la trame est un classique du genre mais quelques détails sont venus perturber ma lecture. 

Tout d’abord ces termes de “magicier” et “quiétons” m’ont dérangée tout au long de ma lecture. Ainsi que le fait que ce soit vraiment très “jeunesse”.  Je pense que j’ai peut-être une décennie de trop pour cette saga.

Néanmoins, j’ai aimé le fait que le personnage principal soit un jeune garçon de couleur. Cela est une grande originalité que je n’ai pas trouvé forcée. C’est quelque chose que malheureusement on ne retrouve que trop rarement dans la littérature. Charly est un garçon assez timide qui ne cherche pas à se faire remarquer. Il a du mal à gérer ses émotions et ses relations aux autres. C’est quelque chose de fréquents pour les adolescents, et, je pense que c’est ce qui pourra aider un lecteur à s’identifier au personnage. 

Le second personnage du roman est la jeune Sapotille (j’ai eu énormément de mal à me faire à ce nom de personnage). J’ai aimé ce personnage de jeune fille qui veut sembler forte alors qu’au fond elle cherche simplement un peu de sécurité et d’amour. Elle fait néanmoins absolument tout pour les repousser. Mais j’ai déploré que sa personnalité soit si similaire à celle de Charly. J’aurais aimé avoir une figure forte auprès du personnage principal et cela manque ici. 

“Les sorts de bases ne sont pas très compliqués, mais plus tu progresses, plus cela exige du doigté. Et de l’élégance aussi. Un sort élégant est mieux réussi. La magie est une chose vivante qui réagit différemment en fonction de la personnalité de chacun.”

Magic Charly, A. Alwett

Le fait que l’histoire se déroule en partie à Aix-en-Provence est quelque chose que j’ai beaucoup aimé et que j’aurais aimé voir plus développé encore, les descriptions manquent beaucoup dans la première partie du roman, j’aurais aimé qu’elles soient plus présentes pour me situer dans cette ville magnifique.

La découverte de Thadam, en revanche, fut une bonne surprise. Cette ville cachée aux yeux des “quiétons”. Elle renferme toute la haute société des “magiciers” et des courses de chars si particulières. Elle nous fait voyager et j’ai apprécié la mise en valeur de cette cité magique.

Pour conclure, je dirais que cette lecture aurait été meilleure si j’avais eu quelques années de moins et surtout si je ne m’étais pas forcée. Je ne lirais pas la suite de la saga. Ou alors, il faudrait que celle-ci reçoive de véritables éloges pour que je me laisse tenter. 

Vous allez aimer ce roman si vous aimez la magie, les quêtes impossibles menées par deux jeunes adolescents et les chats têtus et hors du commun.

Livrement vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × quatre =

Bed Bug

24 mai 2020

Terre d'Asile

24 mai 2020