Interview

Les auteurs ont la parole #1

Salut à tous !

Bienvenue pour la première interview du blog. Je remercie Juliette Baron qui a accepté d’être la première à se prêter au jeu.


Quelques mots sur vous ? 

Je m’appelle Juliette et dans ma vie rêvée, j’aurais grandi entre La Comté et Narnia, j’aurais fait mes études à Poudlard et je serais une écrivaine à succès vivant de sa plume et possédant un bureau-bibliothèque avec vue sur mer ! 


Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai commencé à inventer des histoires vers 11 ans ; j’ai écrit ma première nouvelle vers 12 ans et je me suis lancée dans mon premier roman à 14 ans ! 


Comment alliez-vous votre travail de professeure des écoles et l’écriture ? 

Ça n’a pas toujours été évident… Malheureusement, au début, l’écriture passait régulièrement à la trappe ! Jusqu’au jour où j’ai découvert le livre Miracle Morning de Hal Elrod. Ça a changé ma vie ! Depuis, je me lève 1 ou 2h plus tôt le matin, pour écrire avant de partir à l’école. J’arrive souvent épuisée à la fin de la période scolaire, mais je n’y renoncerai pour rien au monde ! C’est vraiment le seul moyen, car après la classe je n’ai clairement pas la tête à l’écriture et pas du tout l’énergie !

Combien de livres avez-vous écrit ? Et combien en avez-vous publié ? 

J’ai 11 livres achevés. Sur ces 11, 3 sont publiés (Terre d’asile, chez Rebelle Editions ; et Urbaine 99: 1. La ville tentaculaire, chez Livresque Editions; Solitude parisienne, chez Edilivre ; j’ai également 6 nouvelles publiées dans des recueils collectifs) Ces 3 livres publiés vont bientôt passer à 5 (Spirituum, à paraître le 17 juin et le tome 2 d’Urbaine 99, prévu en fin d’année). Enfin, la sortie de 2 autres livres est programmée pour 2021. Ce qui me fera passer à 7 publiés ! J’ai également 4 autres romans bien entamés, qui attendent d’être terminés. Et des dizaines de nouvelles, que je compte publier dans une collection de recueils (dont Spirituum est le premier exemplaire). Je ne compte pas, bien sûr, tous les projets à peine esquissés, avec quelques pages jetées comme ça sur une feuille !


Quel mode de publication avez-vous préféré ? Pourquoi ?

Le travail avec les équipes éditoriales, dans le cadre d’une publication à compte d’éditeur, est vraiment top ! Les corrections d’Urbaine 99, par exemple, ont été géniales ! J’ai beaucoup appris auprès des deux agentes éditoriales qui s’occupent du projet. Nous avons des échanges très riches. Cela m’a beaucoup servi, quand je me suis lancée dans l’autoédition. Je débute à peine cette aventure, mais j’adore ça ! J’adore mener l’idée de A à Z, de tout organiser, de tout gérer. C’est beaucoup de travail, mais c’est très plaisant. Hyper stimulant ! Je dirais donc publication en maison d’édition et en autoédition !


Quelle a été la recherche google la plus étrange que vous ayez eu à faire pour un roman ? 

Je fais toutes sortes de recherches, je ne sais pas vraiment si c’est bizarre… J’ai dû faire des recherches sur des armes, pour Terre d’asile, et sur la hiérarchie militaire. Pour Urbaine 99, j’ai beaucoup cherché sur les innovations techniques, en lien avec le développement durable, l’économie d’énergie, l’écologie… Les recherches les plus ardues ont été celles pour mon roman Sang&Songes, qui est un roman historico-fantastique qui se déroule aux temps des vikings. J’ai dû faire des recherches très poussées sur les royaumes saxons, sur le mode de vie des vikings, sur leurs croyances, leur mythologie, etc… 


Quel est l’oeuvre dont vous être la plus fière actuellement ? 

Dure question. Je suis particulièrement fière de mes deux romans ! Mais je dirais peut-être ma nouvelle “Orage”, pour laquelle j’ai gagné mon premier prix littéraire : le Prix Littérature&Musique 2018. Elle a été publiée chez Soufflecourt éditions, dans un recueil collectif. Et puis Spirituum, quand même, parce que c’est moi qui ai tout fait de A à Z ! 


Quelle est la prochaine étape/ le prochain projet pour vous ? 

Si seulement je n’avais qu’un seul projet ! Mais dans l’immédiat, je suis concentrée à fond sur les dernières corrections du tome 2 d’Urbaine 99 ! Je dois les rendre définitivement début juin, pour que le travail éditorial s’enchaîne bien et que le livre sorte dans les temps ! 


Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut se lancer dans l’écriture d’un roman ?

De croire en ses rêves, quoi qu’il en coûte et de ne jamais renoncer ! C’est en persévérant qu’on finit par y arriver. 


Vos personnages vous ressemblent-ils ?

Un enfant ressemble toujours un peu à ses parents, non ? Je mets forcément un peu de moi dans mes personnages, parfois sans m’en rendre compte, et alors que je l’imaginais avec un caractère tout à fait opposé au mien ! Toutefois, je peux l’affirmer : je ne suis ni Maya, ni Alix ! 


Avez-vous déjà abandonné l’écriture d’un manuscrit ? Pourquoi ?

Oui. Soit parce qu’un nouveau projet me faisait de l’œil (spoiler : ceci est une très mauvaise idée ! Si on commence à céder à la tentation à chaque fois, on aboutit jamais à rien ! Cela m’est souvent arrivé au début, quand j’avais peu d’expérience.) Soit parce que j’avais des impératifs : quand Urbaine 99 a été accepté par Livresque Editions, j’étais en train d’écrire un nouveau roman, que j’ai dû mettre sur pause pour me consacrer aux corrections et au travail éditorial. Mais ce roman est presque achevé et je le reprendrais dès que je le pourrais ! 


Une info croustillante pour nous ? 

Je pars pour 1 an au Japon en 2021 ! (si tout se passe comme prévu) 


Et voilà pour cette première interview, j’espère que cela vous a autant plus qu’à moi. Encore un grand merci à Juliette Baron pour sa gentillesse et son temps. Vous pouvez d’ailleurs la retrouver sur son Instagram où elle n’hésite pas à vous partager des extraits de ses romans et une petite partie de sa vie.

Et je vous invite aussi à aller lire la chronique de Terre d’Asile et celle de Urbaine 99 sur mon blog, qui ont tous deux été de véritables coup de cœur pour moi.

Livrement vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × cinq =