Chroniques / Coup de cœur

Les ailes d’émeraude

Alexiane de Lys est une jeune auteur née en 1994 qui a connu le succès à l’âge de 20 ans grâce au premier tome de sa trilogie Les ailes d’émeraude. Elle a d’ailleurs été récompensée par le Prix de l’imaginaire 2014.


Résumé :

À 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat dans lequel elle vit depuis ses 6 ans.
Seule au monde, l’adolescente est lâchée dans la ville. Alors qu’elle vient de se faire violemment agressée par deux inconnus, elle fait la connaissance du mystérieux et séduisant Gabriel. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle fait partie des Myrnes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels…


C’est une de mes sagas favorites, elle entre largement dans mon top 10. Je l’ai lu lors de sa sortie en 2014 et je l’ai relu tout récemment à la sortie de l’intégrale chez J’ai lu.

On y suit les aventures de Cassiopée qui découvre son appartenance au monde des Myrmes. Elle qui a toujours cru que ce peuple faisait partie des légendes la voilà transportée au cœur de leur civilisation et de ses embûches. Car bien sûr tout ne va pas se passer comme sur des roulettes et Alexiane de Lys va nous tenir en haleine tout au long de ces trois tomes qui regorgent de surprises et de péripéties.

L’histoire est bien construite et repose sur de solides bases. L’univers créé dans cette trilogie est original et développé. Les Myrmes ont une Histoire et elle nous est très bien expliquée. C’est une des choses que j’ai beaucoup apprécié dans ces romans, on ne se contente pas de nous présenter un peuple et les enjeux qui le concernent actuellement. Non, ici l’auteur a tenu à nous expliquer la naissance de ce peuple et son Histoire. Bien sûr cela reste très succinct car ce n’est pas le sujet principal mais c’est très appréciable surtout pour comprendre certains points.

Les personnages sont, pour moi, le gros point fort de cette saga :

Cassiopée tout d’abord. C’est une jeune femme forte, qui n’a pas été gâtée par la vie. Enfant elle a subit le traumatisme d’un accident de voiture auquel sa mère n’a pas survécu. N’ayant pas de père connu elle est donc placée dans un orphelinat dont elle ne sortira qu’à sa majorité. Tout au long de ses aventures elle nous montre une force de caractère impressionnante, elle refuse de perdre espoir mais reste aussi une jeune fille de 18 ans avec ses défauts. C’est un de mes personnages féminins préférés.

Passons ensuite à Gabriel. C’est mon Book Boyfriend par excellence. Que dire d’autre après cela ? Je crois bien que c’est le personnage masculin que je préfère tous romans confondus. On apprend à le connaitre au travers des yeux de Cassiopée et il se dévoile doucement mais simplement. Il n’est ni la caricature du “mec mystérieux” ni celle du “mec parfait”. Il a ses défauts, ses parts d’ombre. J’ai aimé connaître son point de vue par moment car cela apporte plus de poids et de consistance à son personnage.

Les personnages secondaires sont aussi des perles, on rit, on pleure et se tape la tête d’exaspération à cause et grâce à eux. Chacun a son histoire, son background et tous sont indispensables. TOUS !

Et nos chers antagonistes, que je ne citerai pas ici pour vous éviter tous les spoils, font également tout le charme de cette histoire. Sont-ils vraiment si méchants, n’ont-ils pas de bonnes raisons ? Et si Cassiopée arrivait à les rendre meilleurs ? Toutes ces questions nous suivent tout au long de la saga jusqu’au dénouement final. Et c’est quelque chose que j’ai beaucoup aimé. Tout n’est pas tout blanc ou tout noir.

Au fil des tomes on constate l’évolution de Cassiopée et de ses amis. Ils mûrissent gagnent en confiance et en responsabilité. L’histoire se complexifie également et plus on se rapproche du dénouement plus on a envie de tourner les pages rapidement pour connaître le dénouement. Alexiane de Lys nous tient en haleine tout au long de la trilogie et c’est agréable de ne pas avoir de moment que l’on pourrait qualifier de “longuet”. Je ne me suis jamais ennuyée dans cette lecture et c’est quelque chose de très important pour moi. Surtout quand on décide de lire l’intégrale d’une traite.

Quelle tristesse cela a été pour moi de devoir quitter ces personnages que j’aimais tant et de laisser derrière moi un univers si plaisant. Je ne peux que vous recommander de lire Les ailes d’émeraude si ce n’est pas encore fait ! D’autant plus que l’intégrale en hardback sortie chez J’ai Lu est magnifique !

Livrement vôtre !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 3 =