La Passe-Miroir 4
Chroniques

La Passe-Miroir

La Passe-Miroir est une quadrilogie écrite par Christelle Dabos et publiée aux éditions Gallimard jeunesse. Je vous livre ici mon ressenti sur cette saga que je hisse au niveau des plus grandes que la littérature jeunesse ait connu.


Résumé :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.


A l’heure où j’écris cette chronique je viens de terminer le dernier tome de cette saga. Des mois après avoir lu le troisième. Pourquoi avoir tant attendu ? Car je n’osais pas me lancer suite à toute la polémique qui a entouré la fin de cette saga.

Nous nous trouvons pourtant devant un monument de la littérature jeunesse. Oui j’ai bien employé le terme de “monument”. Christelle Dabos a réussi à créer un monde extraordinaire, un monde entier suspendu dans les airs. Elle nous a offert des personnages si différents les uns des autres qu’il est difficile de ne pas les aimer tous. Un univers si original qu’il n’est comparable à aucun autre. Et je dois bien avouer que cela faisait longtemps que je n’avais pas lu quelque chose d’aussi unique.

Je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal à me lancer dans cette aventure. En effet, les cent cinquante première pages du tome un m’ont laissée un peu hésitante, je m’ennuyais. Mais, une fois les bases posées et l’action lancée j’ai été incapable de lâcher le livre.

J’ai rapidement enchaîné avec le deuxième tome qui fut un coup de cœur fou. L’action y est beaucoup plus présente, et bien plus rapidement. Et on en apprend plus sur les personnages que nous n’avions que frôler dans le premier opus. Thorn s’y dévoile, Berenilde s’y épanouit… Quel plaisir de lecture.

Le troisième tome quant à lui s’est beaucoup rapproché du premier, j’y ai retrouvé des longueurs et des passages beaucoup moins prenants, tant au niveau des émotions qu’au niveau de l’intrigue. Mais j’ai aimé en apprendre plus sur les mystères que nous réserve cet univers d’une incroyable originalité.

Nous voilà donc arrivés à ce quatrième et dernier tome. Eh bien je dois bien avouer qu’il m’a plu. Certes moins que le deuxième qui restera mon favori mais il se place avant les deux autres. L’action y est plus présente et nous sentons à chacune des pages que le dénouement approche. Que nous allons bientôt avoir toutes les réponses à nos questions.

Quant à cette fin qui a tant fait parler d’elle je ne peux pas dire que je l’ai appréciée, car les fins ouvertes ne sont pas vraiment ma tasse de thé. J’aime savoir que tout est achevé lorsque je conclus une lecture. Et ici ce n’est pas l’impression que j’ai eu. J’ai encore beaucoup de questions qui me trottent dans la tête et je n’y ai pas de réponses. Mais je me console en me disant que, peut-être, Christelle Dabos nous réserve des surprises et peut-être une suite.

En revanche de là à dire que la fin a été bâclée comme j’ai pu le lire parfois je trouve ça assez irrespectueux envers le travail de l’auteur. Elle a fait ses propres choix et elle a mené son histoire là où elle le souhaitait. Peut-être pour nous offrir une suite, peut-être pour que chacun puisse s’imaginer ce qu’il souhaite. Mais cela reste un travail titanesque et Christelle Dabos nous a offert de longs moments de rêve et d’évasion au sein d’Anima, du Pôle et de Babel. Alors merci à elle pour cela.

Si vous ne connaissez pas encore les arches d’Anima, du Pôle, d’Arc-en-Terre ou de Babel ne restez pas là et foncez vous plongez dans cet océan de fantaisie, de magie et de mystères.

Livrement vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 6 =