depoudlardaanima
Articles / Interview

Les influenceurs ont la parole #1

Bonjour à tous ! Nous nous retrouvons aujourd’hui en très bonne compagnie puisque la belle Amélie du compte @de_poudlard_a_anima nous fait l’honneur de répondre à nos questions !

C’est parti !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Amélie, future étudiante en école d’ingénieur spécialisée dans le papier et les biomatériaux et grande passionnée de lecture depuis le début de l’école primaire. Fille de professeurs de musique, je suis également tombée dans la marmite des notes et portées et joue du violon alto depuis l’âge de cinq ans.

Que souhaites-tu faire comme métier ?

J’aimerais être ingénieure dans la communication imprimée et plus particulièrement travailler dans une imprimerie en collaboration avec des maisons d’édition pour participer activement à la chaîne du livre.

Gérer une chaîne Youtube en même temps que tout le reste n’est pas trop compliqué ?

Dans la mesure où je ne me mets absolument pas la pression avec YouTube (contrairement à Instagram pour lequel je m’investis plus), ce n’est pas une contrainte. Je tourne quand j’ai le temps et l’inspiration, je monte quand je peux et tant pis si la chaîne reste inactive un mois ! Il y a des choses plus importantes que tenir un rythme sur YouTube. 😊

Comment tu as eu l’idée de te lancer ? Et quelle a été la plus grande difficulté à laquelle tu as dû faire face ?

Je commençais à regarder beaucoup de chaînes et j’avais pris l’habitude de faire pas mal de stories orales sur Instagram, mais le format me restreignait au niveau du temps alors j’ai doucement commencé à penser à créer ma propre chaîne. C’est une abonnée sur Instagram qui m’a vraiment donné l’envie en m’encourageant dans cette voie et ce sont les conseils de Louise (@reve_ta_vie_en_lecteur) qui ont fini de me convaincre ! J’ai ensuite rencontré deux difficultés : 1) trouver un moment tranquille dans mon appartement partagé avec ma famille pour tourner et 2) prendre en main le logiciel de montage, ce qui n’était pas une mince affaire !

Qu’est-ce que ça a changé pour toi ?

Une approche différente de mes lectures je crois (la façon dont j’allais en parler), une organisation différente avec l’apparition des vlogs dans ma vie (les vlogs ont rythmé mon confinement, pour mon plus grand bonheur), mais d’une façon générale ça n’a pas transformé mon existence non plus. Ça a simplement amené une nouvelle corde à mon arc d’ « influençeuse littéraire ».

Tu fais également partie du média L’Œil des lecteurs, peux-tu nous dire en quelques mots ce que c’est ?

L’œil est le premier média social littéraire existant, c’est un concept auquel j’ai cru dès le départ qui réunit une équipe d’une quinzaine de chroniqueuses littéraires. Nous avons des partenariats avec des maisons d’édition et nous rédigeons des articles autour de l’actualité littéraire et à propos de livres que nous recevons et lisons. Nous assurons une communication entre les groupes éditoriaux et les lecteurs.

Quel est ton média (YouTube, Insta, ton blog, l’Œil des Lecteurs…) préféré pour t’exprimer ?

Question difficile car les plateformes n’ont vraiment rien à voir. A travers l’Œil, je suis un peu anonyme au milieu d’une équipe alors que mes propres canaux portent mon empreinte. Le blog a l’avantage de me laisser m’exprimer autant que je le veux à l’écrit mais l’audience est assez faible, alors qu’Instagram propose de beaux échanges en échange de chroniques souvent plus concises et donc moins développées. YouTube est un excellent média mais je m’y sens moins proche de la communauté du livre. Je pencherais donc plutôt pour Instagram, même si la plateforme a ses défauts.

La lecture, ça représente quoi pour toi ?

Ça représente toujours plus, à vrai dire. Je lis des romans depuis que je sais lire et ma consommation d’ouvrages s’est progressivement accélérée depuis le collège. J’envisage désormais d’en faire un pan de mon avenir avec mon métier, et mes réseaux me prennent énormément de temps. Au-delà de ça, je lis tous les jours et ma chambre de 9m² est remplie de bouquins. Je vis avec la lecture. La lecture m’a donné parmi mes amis les plus chers et il y a des personnages et des univers qui m’accompagnent chaque jour, dans tout ce qui m’arrive. Je ne pourrais pas quantifier ce que ça représente mais une chose est sûre : ça représente énormément.

Quelle est ta saga favorite ? Et ton one-shot préféré ?

On tient sûrement la question la plus difficile ici ! J’ai pour coutume de dire que ma saga préférée est La Passe-Miroir de Christelle Dabos que j’ai découverte en 2015. C’est une saga qui m’a connue au début du lycée et qui m’a accompagnée dans mes études supérieures. Ses personnages habitent mes pensées et mes gestes. Son univers m’émerveille. Elle m’a fait ressentir mes meilleures émotions de lectrice. D’autres ont également une place immense dans mon cœur : l’œuvre de Pierre Bottero, Harry Potter, L’assassin royal par exemple.

En one-shot, j’avoue qu’il me faut réfléchir un moment car je suis vraiment friande de sagas, et j’ai donc plus de mal à savoir quel pourrait être mon one-shot préféré. Je vais répondre Le gang des rêves de Luca Di Fulvio même s’il est au même niveau que plusieurs autres dans mon cœur. C’est un roman brillant d’intelligence et de réalisme qui m’a complètement embarquée.

As-tu déjà pensé à écrire un roman ?

J’écris depuis pratiquement autant de temps que je lis ! J’ai terminé deux romans qui auraient bien besoin de quelques – beaucoup – d’améliorations. J’ai même participé à la troisième édition du concours Premier roman jeunesse organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama. Et j’ai toujours plus ou moins deux projets en cours en même temps.

Quelles sont tes autres passions ?

La musique et les sciences essentiellement.

Aurais-tu un conseil pour toutes les personnes qui n’osent pas se lancer, dans l’écriture, l’ouverture d’un blog ou d’un compte Instagram ?

Je me suis lancée sur un coup de tête et je pense que c’est la meilleure façon d’y aller : sans se poser de questions. Tant que ce que tu proposes te plaît à toi, et tant que tu t’amuses, tu auras réussi ton pari. Pour l’aspect « blogosphère » je ne savais même pas que les services presse existaient quand je me suis lancée et c’est peut-être tout aussi bien : ne te lance pas dans le but d’obtenir quelque chose de la part de qui que ce soit, ça ne servira à rien. Fais de ta production quelque chose qui te ressemble et qui te permette de partager ta passion, et ce sera déjà un bon point de départ. J’ai mis du temps à trouver ce que je voulais faire, alors laisse-toi du temps toi aussi !

Penses-tu que Bookstagram et Booktube sont les nouvelles formes de journalisme littéraire et ont un réel impact sur les acteurs du milieu du livre ?

Je le pense, oui, à une certaine échelle. Tous les lecteurs ne sont pas forcément réunis sur les réseaux sociaux donc on ne peut pas toucher tout le monde, mais tout le monde ne lit pas non plus de revues ni ne regarde de chroniques ou émissions à la TV. Je pense donc que Booksta et Booktube ont permis d’ouvrir la communication littéraire à un nouveau public. Combien sont venus me dire qu’ils avaient commencé tel ou tel livre grâce à mon avis, ou bien même commencé la lecture en me suivant ? Beaucoup. Je considère donc que l’on peut réellement parler d’influence et d’impact. C’est une nouvelle forme de médiatisation.

Le mot de la fin ?

Qu’attendez-vous pour lire La Passe-Miroir ????

(OK OK, je retrouve mon sérieux et je reviens)

Sérieusement, vous devez lire La Passe-Miroir.

Merci Florence pour cette belle occasion de parler de tout ça ! J’ai énormément aimé répondre à tes questions. J’espère que mes réponses auront pu intéresser et, peut-être, donné envie à d’autres passionnés de se lancer dans l’aventure (toujours avec authenticité, tranquillité et amusement, ne l’oubliez pas !).

Si vous me cherchez, je serai probablement à la croisée des chemins entre Gwendalavir, Anima et les Six-Duchés… Allez, mon dragon m’attend, j’y vais ! A bientôt pour de belles rencontres de papier.

Et voilà, merci à toi Amélie d’avoir accepté de répondre à mes questions et cela malgré nos déboires de boîtes mails !!

J’espère que cette interview vous aura plu, en tout cas ce format me tient tout particulièrement à coeur de même que son cousin qui fait parler les auteurs. C’est un autre moyen de parler de lecture, d’écriture et de nos moyens pour les partager.

A bientôt pour un nouvel entretien !

Livrement vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + 9 =